Pour une meilleure qualité de vie au travail ...

Eloge du mal-être ?

Eloge du mal-être ?

Par Christophe VIGNON,

Ce titre est provocateur. Mon propos ne consiste pas à dire qu’il faut rendre les gens malheureux au travail. Il me semble toutefois illusoire de vouloir rendre les gens heureux à leur insu, 1984 nous guette. C’est le risque que nous courons en GRH à vouloir processer la quête du bien-être. Les personnes avec qui Agnès Vandevelde Rougale (2017) a travaillé, tant en Irlande qu’en France, semblaient souffrir davantage après être entrées dans le processus de gestion du harcèlement, que du seul fait d’avoir été harcelées. En ce sens, les normalisations langagières obèrent la possibilité de subjectivation par les membres des organisations, notamment lorsqu’ils sont en souffrance.

Lire la suite

Les Français sont-ils satisfaits de leur qualité de vie au travail ?

Les Français sont-ils satisfaits de leur qualité de vie au travail ?

par Constance BEAUJOIN. Social media manager chez  Parlons RH. Constance Beaujoin élabore les stratégies social media RH de ses clients en coordonnant, planifiant et pilotant les projets de community management RH.

Les Français et leur lieu de travail

 

En 2019, près de 4 actifs français sur 5 travaillent en région (79 % en région contre 21 % en Île-de-France). Ces travailleurs, représentés majoritairement par des femmes (à 58 % en 2019), sont principalement en CDI (86 %). Bien que travaillant majoritairement dans un bureau fermé (à 66 %), le nomadisme ne fait qu’augmenter en France puisque le télétravail concerne déjà près d’un tiers des actifs :

  • 53 % des Français interrogés déclarent travailler hors des locaux de l’entreprise (représentant une augmentation de +5 points par rapport à l’année 2017) ;
  • 39 % des Français interrogés utilisent au moins un « tiers-lieu » (comprenez espace de coworking, incubateurs, etc.).

Lire la suite

Gérer la mobilité de l'entreprise

Gérer la mobilité de l'entreprise

Bruno Adeline Bruno Adeline crée JobiLX fin 2015 avec deux associés aux compétences techniques et marketing pour développer la plateforme de réduction des trajets domicile-travail par l’échange d’emplois. Ingénieur ESME,il a eu un parcours d’ingénieur d’Etudes dans l’ingénierie (SPIE / SGN) puis dans l’informatique (3M,Oracle). Depuis 20 ans il s’est consacré à sa sociéte dédiée au conseil en recrutement technique .

Les entreprises intègrent de  plus en plus  l’expérience  « globale »  du collaborateur  dans son  parcours de vie professionnelle et privée, pour privilégier des solutions de mobilité, de confort, de motivation, de formation de plus en plus individualisées.  La digitalisation des données offre l’opportunité de pouvoir le faire plus simplement et sans doute de manière plus « holistique » ; 

Mobilité professionnelle et mobilité géographique se confondent, l’une potentiellement au service de l’autre et réciproquement, le tout pour l’épanouissement du collaborateur et sa fidélisation à l’entreprise.

Lire la suite

Petite réflexion autour des nouveaux espaces de travail

Petite réflexion autour des nouveaux espaces de travail

La vogue des nouveaux espaces de travail nous interroge sur les opportunités et les contraintes de ces lieux mais également sur la façon de concevoir ces espaces. A travers un regard croisé entre le monde professionnel et des recherches similaires dans le milieu scolaire, Bertrand Chavanel aborde critères, méthodologie et philosophie de notre rapport à ces environnements.

On pourrait se dire qu’il existe une grande différence entre les espaces de travail et ceux destinés aux plus jeunes, mais il est intéressant de considérer les mécanismes qui amènent " petits et grands " à revoir leur rapport à l’environnement scolaire et à celui du travail.

Ce qui marche, ce qui coince

Lire la suite

Quels leviers pour impacter sur la QVT ?

Mary Vigier est enseignante-chercheuse en Management, ESC Clermont ; responsable de la filière International Business du programme Bachelor ; secrétaire général de l’association scientifique Groupe d’études en Management et Langage ; membre de l’Academy o

La qualité de vie au travail est aujourd’hui un enjeu majeur pour les entreprises qui cherchent à allier performance et bien être dans l’entreprise en améliorant très concrètement les façons de travailler.

Pour s’engager de manière pérenne et efficace dans cette démarche, il est primordial de bien considérer les leviers impactant directement sur la qualité de vie au travail, répertoriées au nombre de 6 par l’ANACT* (agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) :

- Les relations sociales et professionnelles : reconnaissance du travail, respect, écoute, considération des collègues et de la hiérarchie, information, dialogue social, et participation
- La conciliation entre vie au travail et vie hors travail : rythme et horaires de travail, vie familiale, accès aux loisirs, transports
- La réalisation et développement professionnel : rémunération, formation, validation des acquis, développement des compétences, sécurité des parcours professionnels
- L’environnement physique du travail : sécurité, bruit, chaleur, éclairage, propreté, cadre spatial
- L’organisation du travail : qualité de la prescription du travail, capacité d’appui de l’organisation dans la résolution des dysfonctionnements, démarches de progrès organisationnel, charge de travail
- Le contenu de travail : autonomie, variété des tâches, degré de responsabilité

Considérées ces dimensions, il est essentiel de les mettre en perspective avec les évolutions socio-économiques actuelles tant leur impact sur la qualité de vie et la performance est important. 

Un contexte économique qui bouleverse la nature des relations professionnelles ! 

Aujourd’hui, les tâches intellectuelles et relationnelles sont au premier plan des activités dans les entreprises. Pour chaque salarié, cela nécessite une grande maitrise des relations inter-personnelles au risque de générer incompréhension, conflits au sein des équipes.
Par ailleurs, le développement du numérique, des nouveaux modes de communication et de l’intelligence artificielle, impliquent de faire preuve d’agilité et de s’appuyer de plus en plus sur ses compétences comportementales ou « soft skills » pour créer des relations interpersonnelles à plus forte valeur ajoutée, en capitalisant ainsi sur la combinaison des talents. En parallèle, l’environnement hyper concurrentiel, les rachats, génèrent incertitude, et stress chez les salariés. Ceux-ci doivent faire face au changement de manière fréquente en développant de nouveaux modes de communication et d’organisation interne.
Quant aux dirigeants, ils sont quasi-unanimes : l’obstacle majeur à la performance de leur organisation est le manque de coopération : « Nous avons besoin de plus de transversalité », « Nous devons décloisonner ». 

Développer une relation singulière et de confiance avec chaque salarié. 

Dans une société où la valeur travail est en baisse, où la qualité de vie devient une des préoccupations essentielles, ou chacun est en recherche permanente d’équilibre « pro/perso », émergent de nouvelles attentes très fortes de la part des salariés vis-à-vis de l’entreprise.
La génération Z attend de la part du management de faire preuve de leadership inspirant ; de confiance et d’exemplarité par la congruence de ses paroles et ses actes.
Dans ce contexte, il devient, primordial pour l’entre-prise, d’accompagner les salariés pour faire face, aux fortes exigences émotionnelles en développant leurs compétences comportementales et, en parallèle, de reconsidérer les méthodes de management en y incluant une dimension plus participative, humaine basée sur la confiance.

La coopération positive, une compétence clé pour renforcer les liens en entreprise et favoriser la performance ! 

Dans ce contexte professionnel complexe où les salariés doivent faire face à des changements permanents et s’adapter sans cesse, la coopération positive, s’impose comme un levier clé de performance et de meilleure qualité de vie au travail.
La coopération facilite la capacité d’adaptation, la coordination rapide, la volonté de trouver des solutions et mener à bien des actions communes. Comment ? En créant les conditions pour construire de meilleures relations entre collaborateurs et en valorisant positivement le sens commun. L’intelligence collective est alors activée !
Elle semble donc apporter une vraie réponse aux attentes des salariés pour qui, la perception de la qualité de vie
au travail, résulte « des conditions dans lesquelles ils exercent leur travail et leur capacité à s’ex-primer et à agir sur le contenu de celui-ci* » Pour impulser la coopération, il est nécessaire dans un premier temps pour chacun de bien prendre conscience de sa logique relationnelle pour s’ouvrir à l’autre car la coopération est loin d’être naturelle ! En effet une équipe a plutôt tendance à fonctionner en clan et une personne à suivre sa logique personnelle et ne pas envisager les bénéfices que pourraient lui apporter la collaboration sur le long terme.
Il est donc indispensable de respecter ce prérequis, sans quoi il est impossible de construire une logique de coopération.
Pour créer les conditions de la coopération, le manager devra donc instaurer un cadre sécurisant et de confiance pour les équipes et faire preuve de leadership inspirant. Un des moyen est d’incarner et de communiquer sur les valeurs, le « pour quoi » -« why** »- de l’entreprise pour engager positivement et collectivement les salariés. 

Quelles pistes envisager pour allier qualité de vie au travail et performance ? 

Insuffler la coopération positive au sein des organisations est le point de départ. C’est une démarche gagnant/gagnant pour redonner de la valeur au travail en équipe, un sens commun, retrouver la créativité, l’engagement, l’initiative, la motivation et susciter l’envie de devenir acteur et partie prenante du projet d’entreprise sur le long terme.
Pour inscrire, la performance et la qualité de vie au travail de manière pérenne au sein de l’organisation, il est indispensable de porter cette démarche comme un véritable projet d’entreprise, en mettant en œuvre une politique d’accompagnement globale et durable des compétences.
Le deuxième pas est peut-être de transformer l’entre-prise en organisation apprenante pour un « collaboratif augmenté » et s’emparer des enjeux RSE* comme nouveaux leviers différenciants et créateurs de valeur pour les salariés, d’aujourd’hui et de demain !

Les articles relatifs à la QVT