Pour aller plus loin avec la prospective ...

Rendre les travailleurs acteurs de la RSE

Rendre les travailleurs acteurs de la RSE

Interview de Laurent Berger, Secrétaire Général de la CFDT

Quelle légitimité possède une organisation syndicale pour s’immiscer dans des considérations sociétales et écologiques ? 

Aujourd’hui plus que jamais, l’urgence sociale et environnementale nous oblige à prendre en compte les enjeux écologiques et sociétaux. Cela n’aurait pas de sens de faire autrement. Le réchauffement climatique accentue les inégalités sociales. On ne peut plus avoir une approche segmentée : les questions sont totalement liées. Pour la CFDT, ce n’est pas nouveau. Nous nous sommes toujours intéressés au développement durable. Notre boussole c’est le progrès, l’intérêt général dans toutes ses dimensions. En tant qu’acteur de la société civile le syndicalisme est légitime à défendre la planète car les activités du travail ont des effets sur elle et sur les droits humains. Ce n’est que dans une approche globale que nous pourrons construire des solutions. A la COP 21, le mouvement syndical international s’était d’ailleurs fédéré autour du constat suivant qui est devenu slogan : « Il n’y a pas d’emplois sur une planète morte ». Cela a été le point de départ d’un plan d’action sur la revendication d’une « transition juste » qui prenne en compte l’impact sur l’emploi d’une transition vers une économie bas carbone.

Lire la suite

La RSE vue de Côte d’Ivoire

La RSE vue de Côte d’Ivoire

Interview de Souleymane Traore, DRH CFAO RETAIL Côte d’Ivoire

Monsieur Traore, êtes-vous concerné par la RSE dans votre rôle de DRH Ivoirien d’une structure de 800 personnes ?

La RSE a toujours fait partie de mes attributions en tant que DRH, encore plus depuis que je suis à CFAO. D’une manière générale les activités concernant la RSE se sont diversifiées, prenant de plus en plus d’ampleur dans mon activité de DRH. Il faut dire que la RSE occupe une place importante dans la politique des Entreprises en Cote d’Ivoire. Cette situation est liée d’une part à la présence de grandes multinationales dont les entités ivoiriennes sont porteuses des engagements en matière de RSE, mais aussi des entreprises nationales qui ont intégré qu’il s’agit là d’un élément différenciant ou qui sont simplement porteuses de valeurs citoyennes. 

Lire la suite

Reporting RSE, reporting de l’immatériel.

Reporting RSE, reporting de l’immatériel.

 

Par Jean-Claude Dupuis, professeur à l’Institut de Gestion Sociale, auteur de l’ouvrage « Économie et comptabilité de l’immatériel. Enjeux du reporting non financier »

Le champ du reporting non financier est travaillé depuis une vingtaine d’années par de nombreuses innovations tant au niveau national qu’international. D’un côté, des pratiques de reporting sur la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) se sont développées, consacrées par le code de commerce : au-delà d’un certain seuil en capitalisation ou en effectifs, les sociétés ont l’obligation d’informer sur les impacts de leur activité et leurs engagements en matière de droits sociaux, de droits de l’homme, de protection de l’environnement, d’éthique des affaires, de liens avec les communautés environnantes et de gouvernance. D’un autre côté, la thématique du reporting du capital immatériel est montée en puissance avec un cortège d’initiatives visant à proposer des lignes directrices en matière de publication d’informations sur ledit capital immatériel.

Lire la suite

Des entreprises prennent des initiatives pour reconfigurer la RSE et agir positivement sur l’environnement et la société

Des entreprises prennent des initiatives pour reconfigurer la RSE et agir positivement sur l’environnement et la société

Par Nicolas Treuvey (Chef de projet ANVIE)

Si elle est inscrite dans les pratiques des entreprises depuis de nombreuses années du fait de dispositifs de régulation (lois, règlements, normes, labels…), la RSE montre aujourd’hui ses limites. Des entreprises proactives, conscientes de l’ampleur des défis qui conditionnent la poursuite de leur activité et de l’impasse où mènent les modèles de développement actuels veulent aller plus loin : vers une RSE reconfigurée, voire vers une RSE « augmentée » qui prend en compte la performance extra-financière, l’impact social positif, la contribution à l’intérêt général. Cette (r)évolution soulève de nouvelles questions et appelle de nouvelles pratiques qui ont été au cœur d’un groupe de travail de l’Anvie au cours duquel chercheurs et praticiens d’entreprise ont croisé leurs points de vue et leurs expériences. 

Lire la suite

L’engagement solidaire, nouveau management RH  ?

Par Lucie Gaudens, Directrice communication de microDON

Depuis quelques années, les RH sont confrontées à de nouvelles problématiques soulevées notamment par l’arrivée des Millenials sur le marché du travail. Des sujets tels que le sens au travail, l’engagement ou encore la qualité de vie au travail ont ainsi amené beaucoup d’entreprises à remettre en question leur mode de fonctionnement “traditionnel” pour s’ouvrir à de nouvelles formes d’organisation plus adaptées aux aspirations de leurs salariés. De profondes mutations qui ne sont pas sans conséquences sur le management qui lui aussi doit être réinventé… et si la solidarité en était la clé ? 

Les RH face aux mutations des modèles d’organisation

Les modes d’organisations prisés aujourd’hui sont ceux qui repensent leur gouvernance en plaçant l’humain au centre. Holacratie, sociocratie, ou encore organisation opale… tous ces modèles reposent sur la confiance, l’autonomie et plus globalement du sens au travail. Les modes de prescription et de contrôle hiérarchiques du manager sont bousculés pour plus d’horizontalité dans sa gestion et sa communication. Une organisation qui implique un management participatif intégrant l’avis et les idées des collaborateurs. Ses effets positifs ont déjà conquis bon nombre de sociétés. Selon un sondage OpinionWay (2016), 81% des actifs estiment que ces modes d’organisation ont un impact positif sur le bien-être et la performance professionnelle. 

Autre exemple de mutation des organisations, celle liée aux conditions de travail avec l’avènement du “smart working”. Télétravail, horaires décalés, flex office ou travail depuis des tiers-lieux… Leur développement traduit une forme de dématérialisation des échanges. Plébiscités, ils viennent répondre à un besoin d’agilité et de flexibilité pour un meilleur équilibre des temps de vie. Le télétravail, pratique la plus adoptée, est proposé par 46% d’entreprises en France et près de 30% supplémentaires ont prévu de le mettre en place d’ici 2 ans*. Au-delà d’économies réalisés par l’entreprise, il permet aux salariés de mieux s’organiser (temps de transports par ex.) pour être plus productif et performant. 

Mais pour maintenir une cohésion d’équipe et piloter ses troupes hors des murs de l’entreprise, le tout sous une gouvernance participative, le management doit lui aussi inéluctablement adapter ses pratiques !

Un management réinventé grâce à l’engagement solidaire ?

 En effet ces mutations profondes ne sont pas sans conséquences sur le management, qui lui aussi doit se réinventer pour s’adapter à ces bouleversements et accompagner les talents. Parmi les pistes dont doivent se saisir les RH pour cela, la responsabilité sociétale et plus précisément l’engagement solidaire, qui prend une place croissante dans les attentes des salariés. 3 Français sur 4 se déclarent prêts à s’engager de manière solidaire sur leur temps de travail*. Ce qui représente une formidable opportunité pour les managers. Pourquoi ? Parce que l’engagement solidaire, partie intégrante de la RSE, participe à une nouvelle forme de management où le sens devient vecteur de trois éléments clés pour le dirigeant : la cohésion d’équipe, le développement des compétences, et l’engagement des collaborateurs. 

L’engagement solidaire ciment du projet d’équipe

Le manager est en quelque sorte l’animateur d’un projet collectif. La solidarité en entreprise c’est une occasion de sortir des schémas traditionnels hiérarchiques, et de créer une forme de transversalité entre les équipes, de favoriser la rencontre et le partage. Se retrouver autour d’une mission solidaire hors de l’entreprise, permet à des salariés, parfois de différents services ou sites, de se retrouver pour travailler ensemble sur un projet commun. Elle favorise ainsi une forme de décloisonnement, qui permet de créer du lien entre les membres autour d’expériences humaines.. C’est une autre forme de management d’équipe basé sur des valeurs fortes et le vivre ensemble. Une solidarité entre collègues qui in fine s’exprimera aussi dans le projet d’entreprise. C’est par ailleurs un excellent outil d’intégration des nouveaux, où l’approche humaine permet de mettre en confiance tous les membres. 

Allier sentiment d’utilité et développement personnel

On le sait faire monter en compétences les collaborateurs est un enjeu majeur pour permettre à l’entreprise d’augmenter ses performances. C’est un sujet régulièrement au cœur des réflexions managériales. L’engagement associatif peut être un levier de développement des compétences de par leur utilisation dans un nouvel environnement, mais aussi en favorisant les “soft skills” ou compétences comportementales. 90% des recruteurs sont convaincus qu’elles vont prendre de l’importance avec les années*. Confiance en soi, sens du collectif, adaptabilité ou empathie.. autant de qualités qui peuvent servir de levier à la compétitivité. Quoi de mieux qu’une immersion dans une association à travers une mission bénévole pour les développer ? Dans un monde où les hard skills sont vite obsolètes, ces soft skills sont la garantie pour un dirigeant de pouvoir se projeter sur un collaborateur qui aura beaucoup d’atouts pour faire face aux challenges de son métier, ou dans l’évolution de son parcours en entreprise. La solidarité vient ainsi nourrir ainsi le plan de formation.

L’action solidaire levier d’engagement des salariés

Année après année, l’engagement des collaborateurs fait de plus en plus partie des préoccupations des RH. Et pour cause, c’est prouvé, les salariés les plus engagés génèrent de meilleurs résultats. Travailler le niveau d’engagement des collaborateurs, c’est donc agir directement sur la performance de l’entreprise. Mais comment créer les conditions de cet engagement ? Si on pense naturellement à des leviers qui relèvent des conditions de travail, ou des avantages sociaux offerts, on néglige celui de la solidarité. Et pourtant ! D’une part les salariés y sont de plus en plus sensibles, d’autre part des études* démontrent que l’engagement solidaire des salariés, que ce soit à leur initiative ou à celle de l’entreprise, sont fortement corrélés avec leur engagement au travail. Attractivité, motivation, cohésion,… les effet positifs sont multiples ! Ainsi des dispositifs solidaires comme le mécénat de compétences, les journées solidaires ou le don sont des leviers puissants pour le management qui doit cultiver cet engagement. 

Pourquoi ce management par l’action solidaire va indubitablement se développer à l’avenir ?

Simplement parce que l’arrivée des Millenials oblige les entreprises à se réinventer et que deux éléments majeurs qui caractérisent cette génération vont nécessairement favoriser son développement. D’une part, le fait que ça soit une génération connectée. La multiplication des outils digitaux dans le quotidien transforme les pratiques et les usages dans l’entreprise, et leur digitalisation est inéluctable. (D’après le Baromètre des DRH 2018, pour 2/3 des décideurs RH interrogés, la digitalisation des processus RH représente une priorité). Elle va de pair+ avec le développement des nouveaux modes de travail (présentés plus haut) et implique de déployer d’autres temps forts en entreprises, plus humains, pour faire face à cette hyper digitalisation imminente. 

D’autre part, le fait que cette génération soit très engagée, sur le plan sociétal comme sur le plan environnemental. Et pour cause, ce sont les premiers à subir de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique, de la croissance des inégalités, des crises économiques… Pour toutes ces raisons, cette génération a de fortes attentes vis à vis de leur employeur. Selon un sondage Global Tolerance, 62% d’entre eux déclarent vouloir que leur emploi fasse une différence et ait un impact sur la société. Par conséquent, les entreprises qui veulent attirer et retenir ces talents vont devoir développer leur RSE, mais aussi les impliquer dans cette démarche. Dans ce contexte, le management par l’action solidaire a pleinement sa place. 

Le monde de l’entreprise est donc dans une période charnière, une période de transition. Les entreprises vont devoir se transformer face à l’émergence d’une génération qui réclame un vrai changement de modèle. Les RH ne pourront échapper à une profonde transformation de leur approche du management. Celles qui sauront s’appuyer sur l’humain et la solidarité pour accompagner leurs talents tireront sans aucun doute leur épingle du jeu.

Sources :


  • Enquête Great Place To Work® 2018 auprès d’un panel de 96 professionnels des RH
  • Etude Next Door Opinion Way - le bien être au travail - avril 2016
  • Etude Cadre Emploi Ifop - les cadres et leur avenir - mars 2019
  • Baromètre Mécénat de compétences  Fondation SNCF - janvier 2019
  • Livre Blanc Monster.fr - Softs skills et recrutement - 2019
  • Etude Opinion Way pour l’Observatoire de l’Engagement - L’Engagement pluriel - 2018

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH6
  • MagRH7

Mots-clés: START-UP, RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH