Pour aller plus loin avec la prospective ...

RSE, bien commun et projet d’entreprise

RSE, bien commun et projet d’entreprise

Patrick Storhaye, Président de Flexity, Professeur Associé au CNAM Paris, fondateur de RH info

En 2014, plusieurs acteurs de l’industrie pharmaceutique Nord-Américaine avaient été pointés du doigt, notamment par Hillary Clinton, pour avoir augmenté brutalement le prix de certains médicaments vitaux, et ce dans des proportions ahurissantes. Martin Shkreli, alors CEO de Turing Pharmaceuticals qui avait augmenté un de ses produits de 5 000%, était au centre de la polémique1 et fut alors désigné2 comme l’homme « le plus détesté » des Etats-Unis.  Dans un entretien sur CNBC3, le CEO de Valeant vantait de son côté les mérites de sa stratégie de croissance par acquisitions, financée par une dette aussi galopante qu’importante, comme la meilleure option pour ses actionnaires. Plusieurs articles4 fustigeaient alors sa propension à servir le seul intérêt de ses actionnaires au détriment de celui des patient·es. Elu CEO de l’année5 en 2015, il fut limogé6 en 2016, sa stratégie explosant en vol, puis arrêté7 ensuite pour soupçons de fraude. Warren Buffet8 le donna alors en exemple de ce qu’il ne faut pas faire pour présider aux destinées d’une entreprise.

Lire la suite

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Recruter des militaires blessés : au-delà de la Responsabilité Sociale d’Entreprise, une démarche porteuse de sens

Par Dominique LEVY, Présidente du Groupe de Travail « Reconversion des Militaires Blessés » du Comité de Liaison Défense du MEDEF

Qu’elle survienne à l’entraînement, au combat, en opération extérieure ou dans le cadre du plan Vigipirate, la blessure chez le militaire est bien souvent une remise en question de l’avenir dans lequel il s’était projeté. Lorsque le parcours de soins médicaux s’achève par le couperet de l’inaptitude à exercer une profession combattante, un nouveau départ professionnel s’impose.

Les armées, soucieuses de ne laisser aucun des leurs au bord du chemin, ont mis en place un certain nombre de dispositifs pour aider les militaires blessés dans leur démarche de reconversion.

Lire la suite

Il est temps que les DRH et les directeurs RSE se parlent  !

Il est temps que les DRH et les directeurs RSE se parlent  !

Interview de Fabrice Bonnifet, Président du C3D (Collège des directeurs du DD), Propos recueillis par Martin Richer

Pouvez-vous nous présenter le C3D en quelques mots ?

L’ambition du C3D est d’être l’association de référence des acteurs qui œuvrent pour des entreprises plus responsables ! Plus de 150 Responsables DD/RSE d’entreprises ont rejoint le C3D en 11 ans dont 42 dans les 12 derniers mois. Le C3D est une communauté de gens qui s’entendent bien et qui aiment collaborer ensemble pour le bien commun.

Lire la suite

Du rapport Notat-Senard à la loi PACTE : quand la RSE s’invite dans le débat public

Du rapport Notat-Senard à la loi PACTE : quand la RSE s’invite dans le débat public

Par Martin RICHER est consultant en Responsabilité Sociale des Entreprises. Fondateur de Management & RSE

La RSE est un objet théorique ancré dans les sciences de gestion. Son demi-frère, le développement durable, est né au sein des sciences du vivant. L’une comme l’autre font rarement incursion dans le débat public. C’est pourtant ce qui s’est produit en 2018 et 2019 avec la concertation et la controverse qui ont entouré la réalisation du rapport Notat – Senard puis le vote de la loi PACTE. 

Remis au gouvernement le 9 mars 2018 par Nicole Notat, présidente de la société de notation Vigeo-Eiris et Jean-Dominique Senard, à l’époque président du groupe Michelin, le rapport sur « L’entreprise, objet d’intérêt collectif » a relevé le défi d’affronter la grande défiance que les citoyens français adressent à leurs grandes entreprises (voir : « L’entreprise en 2019 : la disruption ou la détestation ! » http ://management-rse.com/2019/02/19/lentreprise-en-2019-la-disruption-ou-la-detestation/). Si cette défiance s’adresse aux grandes entreprises alors que les TPE et PME font au contraire l’objet de jugements positifs, c’est bien que les premières apparaissent « hors-sol », indifférentes à leur écosystème, alors que les secondes sont insérées dans des relations de proximité avec leurs parties prenantes, notamment leur territoire et leurs salariés. 

Lire la suite

La RSE : une question d’authenticité

Par Gaëlle Bassuel, Fondatrice & CEO de YesWeShare

Après s’être longtemps concentrée sur les questions environnementales, la RSE intègre de plus en plus l’humain dans son écosystème. Dans l’entreprise, la RSE rejoint les problématiques RH à travers le système de valeurs de l’entreprise, qui est un levier puissant d’engagement des collaborateurs et de transformations. Cela renvoie aux notions de culture, de sens et de « care ». Et donc aux actions de prévention (santé au travail), de sensibilisation (mixité, diversité, stéréotypes, handicap) et d’acculturation.

Les RH, la clé de la responsabilité d’entreprise

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) n’est plus seulement un « nice to have », mais un élément essentiel de la stratégie des organisations. Les consommateurs sont de plus en plus enclins à prendre des décisions d’achat fondées sur l’empreinte sociale et environnementale des entreprises, et le succès du recrutement dépend souvent de l’authenticité des valeurs d’une organisation. Pour créer une culture de la responsabilité d’entreprise, il est essentiel que les ressources humaines jouent un rôle central.

Lorsque les ressources humaines animent la RSE au sein d’une entreprise, chaque employé s’engage à défendre vos valeurs au quotidien. Cela crée un environnement autorégulateur qui reste fidèle à la vision.

La RSE doit être reflétée dans la stratégie d’entreprise

La RSE ne consiste pas à faire bonne figure pour le public (on parle alors de « greenwashing ») mais à considérer les avantages que votre entreprise et ses décisions peuvent avoir pour la société. Même les plus petites décisions peuvent avoir un impact, c’est pourquoi la responsabilité de l’entreprise doit être une priorité pour chaque employé.

Contrairement aux stratégies descendantes qui sont souvent conçues pour limiter les risques, les ressources humaines peuvent constituer un lien entre les problèmes qui préoccupent vos employés et ce que l’entreprise peut faire pour les y aider. Cela permet aux collaborateurs de faire partie de la solution, crée davantage de responsabilité individuelle et réduit le risque que des éléments non contrôlés portent atteinte à la réputation de l’entreprise.

Lorsque la responsabilité d’entreprise fait partie de la culture de votre entreprise, elle crée de l’authenticité. Les collaborateurs ont besoin de voir que votre entreprise est engagée dans la RSE par le biais des actions prises quotidiennement, et non pas simplement par des déclarations publiques une ou deux fois par an.

La responsabilité sociale de l’entreprise n’est pas la responsabilité exclusive des ressources humaines - c’est finalement tout le monde dans l’organisation qui doit défendre vos convictions et vos valeurs - mais les ressources humaines sont le département qui a le plus d’impact sur le recrutement, la gestion des personnes, l’apprentissage et le développement. Ce sont ces fonctions qui peuvent garantir que la RSE imprègne toute l’entreprise.

Intégrer la RSE à la marque employeur

Les millennials constituent déjà la plus grande génération de main-d’œuvre et représenteront 50% de la main-d’œuvre mondiale d’ici 2020. Pour les attirer, la RSE doit être au cœur de la marque employeur, en particulier si l’on tient compte du pourcentage des collaborateurs, jeunes et moins jeunes, donnant priorité aux engagements sociaux et environnementaux d’une entreprise lorsqu’ils décident où travailler.

Parlez de vos initiatives en matière de RSE dans les entretiens, citez-les dans les descriptions de poste et faites-en davantage pour proposer des incitatifs faisant appel à la nature engagée des recrutements potentiels. Vous pouvez offrir du temps libre pour faire du bénévolat ou mettre en place une politique visant à faire correspondre les contributions des employés à des œuvres caritatives.

Une page sur la RSE sur votre site Web est importante, mais les employés potentiels s’attendront à ce que vos politiques et vos comportements internes reflètent vos valeurs au quotidien. Sinon, les employés risquent de se sentir déçus, ce qui pourrait poser des problèmes d’engagement à l’avenir.

Aligner la formation et le développement des managers sur les initiatives RSE

Les managers doivent être embarqués, et notamment encourager les collaborateurs à appliquer les politiques et utiliser les dispositifs de RSE de l’entreprise. Avec la bonne approche, les managers peuvent trouver le moyen d’aligner les objectifs individuels liés au travail sur les objectifs RSE de l’entreprise. Cela peut se traduire par la création de campagnes de marketing qui promeuvent votre produit tout en sensibilisant à la durabilité, ou l’organisation d’événements dédiés à la clientèle abordant également le problème de l’inégalité entre les femmes et les hommes.

Une question d’authenticité

Lorsque la RSE fait partie de votre culture et de vos valeurs, elle crée un environnement dans lequel les personnes prennent des décisions en ayant à l’esprit la vue d’ensemble.

C’est cette approche axée sur les personnes qui crée l’authenticité et, ce faisant, vos employés sont plus susceptibles de rester fidèles à votre organisation. Lorsque la RSE fait partie de votre processus d’embauche, elle contribue également à créer un cycle autonome et vertueux de responsabilité d’entreprise.

La plupart des gens peuvent faire la différence entre une entreprise qui se préoccupe réellement d’avoir un impact positif et une autre qui se borne à publier une déclaration de bonnes intentions bien conçue mais sans l’incarner. Pour que la RSE fasse partie de l’ADN d’une entreprise, elle doit se refléter dans l’ADN de vos collaborateurs. Cela ne peut se produire que lorsque les RH prennent les devants et s’emploient à intégrer la RSE à la culture et aux valeurs de l’entreprise.

Notre approche

Chez YesWeShare, nous pensons que l’intelligence artificielle et le machine-learning peuvent permettre de servir au mieux votre politique RSE en la liant étroitement aux enjeux RH.

Ceci en appliquant les techniques du micro-learning aux transformations, à la déconstruction des stéréotypes et des idées reçues. Et en couplant des contenus descendants avec des baromètres et feedbacks ascendants.

OSCAR by YesWeShare

YesWeShare a conçu OSCAR, Organisation Social CollAborative Robot, le chatbot au service des transformations positives : acculturation, prévention (sécurité, santé, addictions) et sensibilisation (handicap, mixité, diversité, écoresponsabilité).

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - https://www.yesweshare.fr

  • MagRH1
  • MagRH2
  • MagRH3
  • MagRH4
  • MagRH5
  • MAgRH6
  • MagRH7
  • MAgRH7b
  • MagRH8
  • MagRH9LT

Mots-clés: START-UP, RSE, MagRH8

Les articles relatifs à la prospective et à l'avenir des RH