Vous pouvez également consulter ...

Editorial MagRH N°8

Edito Perret

En novembre 2012, j’avais l’occasion d’écrire dans l’édito du dossier intitulé « RSE, un train à ne pas manquer pour les DRH… » de la revue Personnel de l’ANDRH « En 2009, un dossier était publié intitulé la fonction RH, levier du développement durable. Le DRH devenait le chef d’orchestre de ce nouveau territoire et était totalement légitime, incitant à la vertu » et plus loin « les DRH ont du mal à trouver leur place et semblent bouder ce sujet vaste et complexe. » Et encore « les entreprises qui avaient, à grand renfort de communication vanté leur engagement l’ont-elles vraiment intégré dans leur stratégie de développement ? »

A cette dernière question, la réponse est indéniablement oui. A entendre Gilles Schnepps, Président du Conseil d’Administration de Legrand et Président de la Fédération des entreprises électriques, électroniques et de communications, « c’est le capitalisme lui-même qui change », et le Secrétaire Général de l’ONU, ne dit pas autre chose. En revanche à la question précédente, la question est peut-être encore d’actualité. Nous allons découvrir tout au long de ce dossier, le fameux territoire qu’il reste aux DRH. Se l’ont-ils enfin approprié ? 

Les entreprises savent maintenant qu’en dehors de la RSE point de salut. Les financiers et les commerciaux l’ont parfaitement intégré. Même la communication et la pub ne se privent pas de prendre acte de ces nouveaux horizons… alors, et si la RSE n’était ni plus ni moins que l’option de la survie de la fonction RH, cette mission qui consisterait à accompagner la gouvernance vers les bonnes options stratégiques, les bonnes politiques, les bonnes pratiques, seules garantes aujourd’hui du développement et de la réussite de l’entreprise. Plus besoin de discuter de la place du DRH au Codir ou au Comex… Dans RSE, il y a « environnement » et « sociétal » Qui, mieux que la DRH peut assumer la coordination des deux… et la jonction avec l’économie.

C’est aussi un dossier d’ouverture sur le monde : et si RSE signifiait Réalité Sociale Elargie ? A l’heure de la mondialisation, nous ne pouvons plus nous contenter de prendre en compte notre intramuros… si nous calculons au sein de notre effectif élargi (salariés, indépendants, intérimaires, stagiaires, mais aussi salariés des fournisseurs étrangers, enfants parfois… quel est le pourcentage de « travailleurs » au-dessus du seuil de survie…nous pourrions avoir des frissons dans le dos ! 

Dans ce numéro, une fois encore véritable « 360 » de la problématique, nous pourrons analyser les avis des experts mais aussi les confronter aux informations données par les opérationnels des entreprises, les syndicats et les institutionnels et nous pourrons aussi prendre la mesure de toutes les énergies déployées pour inciter ou accompagner les entreprises. En prenant connaissance de ces articles et interviews, il me semble que nous prendrons conscience que nous changeons de monde, que nos repères doivent être modifiés et que ce n’est pas demain le changement…mais maintenant. C’est aujourd’hui que nous pouvons encore influer sur le changement du monde et de nos entreprises. Après…y aura-t-il encore des DRH ?

Maintenant si vous voulez vous bruler les ailes, précipitez vous sur l’article de Philippe Canonne en fin de magazine, ce pourrait-être une illustration d’un autre titre… « le jour d’après…que les RH aient abandonnés la RSE »…

Le Mag RH est aussi heureux de pouvoir vous annoncer que deux fois par an, nous allons vous proposer une émission Web/TV mettant en lumière les principales contributions écrites chez les éditeurs de livres portant sur les RH et sur le Management. En d’autres termes, une « grande bibliothèque » vivante où les auteurs seront interrogés et vous donneront peut-être envie de lire leurs ouvrages au milieu de cette jungle éditoriale de la rentrée et d’avant vacances. 

Enfin, pour ce dernier numéro de l’année, nous confirmons notre première place de magazine multimodal RH aussi bien en nombre d’abonnés au numérique, que de taux d’ouverture de nos « newsletter », que de nombre de téléchargements. Pour 2020 nous mettrons les bouchées doubles pour vous assurer une information toujours qualitative et toujours gratuite. Nous voulons être le premier, mais aussi la référence incontournable de la qualité de l’information RH, rien de moins. C’est bien la qualité des rédacteurs et rédactrices de nos articles, la qualité de nos lecteurs et la qualité de nos partenaires qui nous assureront la réussite de ce challenge. Et nous y croyons dur comme fer. Notre RSE à nous !

L'équipe du MagRH, André Perret, Michel Barabel & François Geuze

De quoi MagRH est-il le nom ?

De quoi le MagRH est-il le nom ?

Le magazine MagRH est né... Pas besoin de forceps ni de césarienne, l’accouchement fût d’autant plus facile que nous avons rencontré sur notre route une foule d’ami(e)s tous plus encourageants les uns que les autres.

Cette revue sera trimestrielle et gratuite. Elle sera composée à chaque fois d’un dossier avec une logique multimédia appuyée. En 2018, nous avons apporté des focus sur

  • l’Intelligence artificielle,
  • Les nouvelles stratégies syndicales,
  • Les femmes et l'entreprise. 
  • La formation professionnelle

Ces dossiers donnent parfois la parole à des protagonistes n’ayant pas forcément le même point de vue. Nous ne sommes ni pour le politiquement correct ni pour le consensus mou.

A la suite des dossiers, vous trouverez une rubrique nommée « rubrique à brac » vous fera part de « lu pour vous », de films, d’événements à ne pas manquer, d’événements que vous avez manqués, de sites à consulter, ou encore d’un avis de juriste ... Autant de rubriques amenées à se développer et se professionnaliser dans le courant de l'année 2019

Enfin, de temps à autres, nous pourrons conclure par une tribune libre, un « coup de gueule », une vision décalée, une interprétation de l’actualité.

Maintenant « nous » qui sommes-nous ?

Une équipe de DRH, de consultants, d’auteurs, d’universitaires, toutes et tous amoureux d’une profession que nous souhaitons défendre : les Ressources Humaines. Nous nous sommes constitués en association « Reconquête RH » que vous pourrez rejoindre si le cœur vous en dit. La cotisation est symbolique, compte seulement la motivation à accepter le débat et l’action pour donner à cette fonction toute la valeur qui nous fait dire que l’on peut être fier d’être DRH....

André Perret, Michel Barabel, François Geuze 

Consultez les derniers numéros du MagRH en ligne

Couverture5

Couverture6 Couverture7

Rencontre avec Christophe Yver, Directeur de la Formation Professionnelle et Continue au sein de l’EM Normandie. Dans cet entretien, il nous en dit plus sur la valeur ajoutée de l’offre de formation l’école sur un marché de plus en plus concurrentiel et régit par les réformes.

Quelques mots pour nous présenter l’EM Normandie et son positionnement sur le marché de la formation.

Créée en 1871, l’EM Normandie est l’une des plus anciennes écoles de management françaises. Aujourd’hui, nous sommes implantés sur 5 campus en France et à l’International : Caen, Le Havre, Paris, Dublin et Oxford. L’École est positionnée à la fois sur le marché de la formation initiale et sur celui de la formation continue.

Le coach n’est pas un acteur nouveau dans le paysage des RH. Cependant son action s’est largement démocratisée. Est-on entré dans l’âge de la maturité pour les coachs en entreprise ? Qu’est-ce qu’apporte aujourd’hui la posture de coach aux différentes fonctions de l’entreprise ? Voici quelques éléments de réponse avec Séverine Dieuze, ingénieure de formation continue du Groupe Clermont en charge de l’offre en Management et Développement professionnel et parallèlement déléguée régionale de l’EMCC, 1re fédération des professionnels de l’accompagnement, depuis 2018.

Géraldine Minguet, Directrice du Développement Economique du Groupe ESC Clermont, gère la Formation Continue de l’Ecole. Depuis 5 ans elle et son équipe ont construit une offre globale, en croisant les savoir-faire et les travaux de recherche en sciences de gestion des professeurs de l’Ecole, aux apports et besoins des entreprises et managers du territoire.

Aujourd’hui dans le monde de la formation, nous assistons à une transformation des dispositifs de formation traditionnels vers de nouveaux dispositifs « hybrides » intégrant de nouvelles dimensions innovantes et mêlant à la fois les modes présentiels et distanciels. 

Au sein des entreprises, pour que ces dispositifs « hybrides » soient réellement efficients et opérationnels, certains points sont essentiels. 

L’opposition a souvent été le maitre mot ces dernières années sur le marché du digital learning. Tout le monde a voulu révolutionner le monde de la formation et en devenir le « disrupteur » ! Que ce soit au niveau des modalités : Rapid-Learning vs e-learning, Serious Game vs Mooc, Micro-Learning vs réalité augmentée ou bien au niveau de la réalisation des formations : Présentiel vs Digital, ou encore des plateformes : LMS vs Solution Unifiée. Cependant, prenons un peu de recul et posons-nous cette question : et si la formation résidait plutôt dans le compromis et la capacité de chaque organisation à relier les extrêmes ?